Refuser! Protéger les enfants contre les abus sexuels

Skip to Content

Navigation et information accessibles

Utilisez les liens suivants pour naviguer rapidement sur la page. Le numéro de chaque lien correspond au raccourci clavier.

Traduire

Vous êtes sur cette page : Refuser! Protéger les enfants contre les abus sexuels

Publications

Pub. 1154 - Dites non! Protéger les enfants contre les abus sexuels

Abus sexuel

Une bonne communication entre le parent et l’enfant est l’étape la plus importante pour protéger un enfant contre les abus sexuels. Bien que parler de quoi que ce soit avec les enfants soit parfois difficile pour les parents, parler d’abus sexuels sur enfants peut être encore plus difficile. Ce livret s’adresse aux parents qui veulent un peu d’aide pour trouver la bonne façon de parler d’abus sexuels avec leurs enfants.

Prépare

Vous pourriez vous sentir mal à l’aise parce que vous ne savez peut-être pas par où commencer, ou parce que vous sentez que vous n’avez pas les réponses à toutes les questions que votre enfant peut poser.

Vous craignez peut-être de détruire la capacité de votre enfant à faire confiance aux adultes et à partager de l’affection, ou de laisser l’enfant penser que le sexe est « mauvais » ou « sale ». Vous pouvez avoir peur de confondre ou d’effrayer l’enfant en disant la mauvaise chose.

Si vous présentez l’information comme une leçon de sécurité personnelle (comme lorsque vous avez dit à votre enfant de ne pas toucher un poêle chaud ou de marcher face à la circulation), vous vous rendrez compte que le sujet peut être traité de manière simple et factuelle.

Comment commencer

Vous pouvez commencer par enseigner à votre enfant que son corps est spécial et doit être protégé. Commencez dès que vous pensez que votre enfant est assez vieux pour comprendre, généralement vers l’âge de trois ans. Commencez simplement et gardez les choses ainsi. Bien que vous devriez essayer d’utiliser les noms corrects pour les parties du corps, ce n’est pas une exigence. L’utilisation des noms corrects aidera l’enfant à développer un respect sain pour son corps. Mais, si vous avez du mal à le faire, utilisez d’autres noms. Commencez simplement à parler!

N’essayez pas de tout couvrir en une seule discussion. Parler à votre enfant de l’abus sexuel et de la sécurité personnelle devrait être un processus continu. Et, ne faites pas grand chose de ces pourparlers. Soyez décontracté et informel, et choisissez un moment où l’enfant se sent en sécurité et détendu. Par exemple, parlez à l’enfant :

Ce qu’il faut discuter

Quand vous parlez n’est pas aussi important que ce qui est dit. Voici les principales idées que vous devriez transmettre:

Les enfants doivent savoir que les règles de sécurité sur les attouchements s’appliquent tout le temps, pas seulement avec des étrangers ... ou avec des hommes... ou avec des baby-sitters.

Dans de nombreux cas signalés dans l’État de New York et dans tout le pays, les enfants sont abusés sexuellement par des personnes qu’ils connaissent et en qui ils ont confiance - des parents (même des parents ou des frères et sœurs), des amis de la famille et des figures d’autorité (enseignants, dirigeants de groupes de jeunes, membres du clergé, etc.). Les abus sexuels se produisent généralement dans des endroits où les enfants se sentent à l’aise ou en sécurité - à la maison ou chez un ami de la famille.

En outre, les agresseurs ont rarement besoin d’utiliser la force physique pour amener un enfant à participer à des activités sexuelles. Au contraire, ils profitent de la confiance ou de l’amitié de l’enfant et utilisent des menaces pour garder l’activité secrète. Par exemple, on peut dire à un enfant que ses parents « ne croiront pas un enfant ». D’autres menaces couramment utilisées sont: « Si vous dites que je vais vous faire du mal »; « Je ferai du mal à ta mère » ; « Je vais devoir aller en prison » ; ou « La famille va se séparer ». Malheureusement, les agresseurs peuvent utiliser les menaces avec succès parce que les enfants apprennent à croire et à obéir aux adultes.

Autres règles à suivre

Les enfants apprennent mieux lorsqu’on leur donne des règles simples à suivre.

Le jeu « Et si »

Une façon d’aider les enfants à se protéger est de mettre en pratique des réponses à des situations potentiellement dangereuses. De cette façon, si nécessaire, les enfants peuvent réagir correctement et rapidement. Le jeu « What If » peut rendre la pratique facile et amusante. Chaque fois que vous jouez, dites ceci à votre enfant, avec vos propres mots : « Votre corps vous appartient et vous avez le droit de décider comment et quand quelqu’un peut vous toucher. Si quelqu’un essaie de vous toucher d’une manière qui ne vous fait pas du bien ou qui ne semble pas juste, dites « NON ! » C’est même correct de crier et de crier « NON! » Puis fuyez et parlez-en à quelqu’un. Si la première personne ne vous croit pas, continuez à le dire aux gens jusqu’à ce que quelqu’un le fasse. Rappelez-vous toujours, ce n’est pas de votre faute! » Voici quelques « Et si » pour commencer:

  1. Et si... quelque chose vous dérangeait et vous ne saviez pas quoi faire à ce sujet? Qui pourrait être en mesure de vous aider?
    Répondre... Les personnes en qui vous avez confiance, comme un parent, un autre parent, un voisin, un enseignant, une infirmière scolaire, un policier, un membre du clergé.
  2. Et si... quelqu’un vous a touché d’une manière que vous n’aimiez pas et vous a offert une barre chocolatée, une poupée flambant neuve ou quelque chose d’autre que vous vouliez vraiment garder secret?
    Répondre... Dites « NON ! » et dites-le à quelqu’un.
  3. Et si... un inconnu vous a offert un tour dans une nouvelle voiture brillante?
    Répondre... N’acceptez jamais les manèges d’un étranger.
  4. Et si... vous ne vouliez pas être étreint par un adulte en particulier?
    Répondre... Dites « NON ! » à cet adulte. Vous aimerez peut-être la personne, mais vous ne voudrez peut-être pas être étreint à ce moment-là.
  5. Et si... vous avez eu un « mauvais sentiment » ou vous vous êtes senti « yukky » quand un adulte vous a donné un câlin ou une grosse pression?
    Répondre... Dites à la personne que vous ne l’aimez pas. Vous avez le droit de décider quand vous voulez être étreint ou touché. Faites confiance à vos sentiments sur la façon dont les gens vous touchent.
  6. Et si... quelqu’un que vous ne connaissez pas vient vous ramener de l’école à la maison?
    Répondre... N’allez jamais avec un étranger à moins que l’étranger ne vous donne notre mot de code spécial. (Sélectionnez un mot de code simple et enseignez-le à votre enfant. Assurez-vous que l’enfant comprend l’importance du mot.)
  7. Et si... quelqu’un vous chatouille et ça commence à faire mal?
    Répondre... Dites-leur d’arrêter. S’ils ne s’arrêtent pas, appelez à l’aide. Si je ne suis pas à la maison à ce moment-là, parlez-moi-en plus tard.
  8. Et si... Maman, papa ou un médecin a touché les parties intimes de votre corps?
    Répondre... Il y a des moments où d’autres peuvent avoir besoin de toucher vos parties intimes. Par exemple, maman ou papa peut toucher vos parties intimes lorsqu’ils vous baignent; ou un médecin peut avoir besoin de vous toucher lors d’un examen. Mais, si le toucher vous fait mal ou vous dérange, dites-le-leur. Alterner... Les adultes n’ont généralement pas besoin de toucher les enfants dans les espaces privés, sauf si c’est pour des raisons de santé.
  9. Et si... la baby-sitter voulait vous toucher sous vos vêtements de nuit ?
    Répondre... Personne n’a le droit de mettre sa main sous vos vêtements; vous forcer à les toucher; toucher votre corps; ou touchez vos parties intimes du corps.
  10. Et si... votre oncle (tante) voulait que vous vous asseyiez sur ses genoux et vous ne vouliez pas?
    Répondre... Vous pouvez dire « NON ! » à votre oncle/tante si, pour une raison quelconque, vous ne voulez pas le faire.

Vous pouvez inventer beaucoup plus de « What Ifs » à partir des propres expériences quotidiennes de votre enfant, en utilisant des noms et des lieux familiers. Discutez seulement d’un ou deux par conversation. Mais assurez-vous de pratiquer régulièrement afin que votre enfant apprenne à reconnaître quand dire « NON! » et quand de l’aide est nécessaire. Cela augmentera la capacité de votre enfant à agir rapidement et calmement. Insistez sur le fait que l’enfant a toujours le droit de dire « NON ! » Et rappelez-vous, les enfants sont plus en sécurité s’ils savent quoi faire lorsqu’ils se sentent menacés.

Juste au cas où

Vous ne pouvez pas préparer les enfants à chaque type de situation qui peut survenir. Les parents doivent être sur leurs gardes et attentifs en tout temps. Voici quelques signes qui peuvent indiquer qu’un enfant est victime d’abus sexuel :

Si votre enfant vous dit qu’il a été touché de façon inappropriée par un adulte ou qu’un adulte a commis l’un des actes énumérés sous la « Définition » (voir la quatrième de couverture) de l’abus sexuel d’enfant, il y a certaines choses que vous devez faire :

Si vous croyez que votre enfant a été abusé sexuellement par un parent, un tuteur ou un parent, ou par un membre du personnel d’une garderie ou d’un autre établissement de garde d’enfants, appelez : The New York State Central Register for Child Abuse and Maltreatment au : 1-800-342-3720

Les appels sont reçus à ce numéro 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Si vous croyez que l’enfant a été abusé sexuellement par quelqu’un que vous connaissez qui n’est pas un parent, ou par un étranger, appelez votre service de police local ou le service du shérif.

Autres ressources

Pour les parents

Pour les enfants

Pour les adolescents

Définition

Abus sexuels sur enfants

Les abus et mauvais traitements sexuels comprennent les situations dans lesquelles le parent, ou toute autre personne légalement responsable d’un enfant de moins de 18 ans, commet ou laisse commettre l’une des activités suivantes :

En outre, c’est un crime de donner du matériel indécent à un enfant. Les abus sexuels et les mauvais traitements comprennent des infractions pénales telles que le viol, la sodomie, d’autres comportements sexuels non consensuels et la prostitution.

Informations de contact

Bureau des services à l’enfance et à la famille de l’État de New York
Parc de bureaux Capital View
52, rue Washington
Rensselaer, New York 12144

Visitez notre site Web à l’adresse suivante : ocfs.ny.gov

Pour obtenir de l’information sur la garde d’enfants, le placement en famille d’accueil et l’adoption, composez le 1-800-345-KIDS

Pour signaler la violence et la négligence envers les enfants, composez le 1-800-342-3720

Pour obtenir des renseignements sur la Loi sur la protection des enfants abandonnés, composez le 1-866-505-SAFE

Pour obtenir le numéro de téléphone du bureau des services aux adultes de votre comté, composez le 1-800-342-3009 (appuyez sur l’option 6)