Programme de services de supervision et de traitement pour les jeunes

Skip to Content

Navigation et information accessibles

Utilisez les liens suivants pour naviguer rapidement sur la page. Le numéro de chaque lien correspond au raccourci clavier.

Traduire

Vous êtes sur cette page : Programme de services de supervision et de traitement pour les jeunes

Vue d'ensemble

Le programme de services de supervision et de traitement pour les mineurs (STSJP) joue un rôle clé dans la transformation du système de justice pour mineurs de l’État de New York. Depuis sa création en 2011, le STSJP encourage les programmes locaux à détourner les jeunes de la détention vers les soins en établissement.

La promulgation en 2017 de la loi sur le relèvement de l’âge (RTA) (partie WWW chapitre 59 des lois de 2017) a apporté des changements substantiels aux procédures et mécanismes utilisés pour traiter les jeunes de 16 et 17 ans dans les systèmes de justice pénale et juvénile. Entre autres choses, la législation sur la RTA a modifié l’article 529-b de la loi exécutive afin d’élargir la population admissible aux services du STSJP afin d’inclure les jeunes plus âgés soumis à l’ACR; cette expansion est entrée en vigueur le 1er octobre 2018.

Une municipalité qui choisit d’utiliser les fonds du STSJP pour des programmes qui empêchent la détention et le placement de jeunes doit désigner un organisme responsable aux fins de la planification et de l’administration des services en vertu du STSJP et soumettre un plan annuel du STSJP pour examen et approbation par l’OCFS, tel que prescrit dans la loi exécutive § 529-b.

À l’heure actuelle, l’année du programme STSJP s’étend du 1er octobre au 30 septembre.

Population admissible

Conformément à l’article 529-b de la Loi exécutive, les programmes stsjP peuvent être utilisés pour répondre aux besoins des jeunes qui risquent de devenir, d’être ou d’être jugés comme des personnes ayant besoin de surveillance (PIN) ou des délinquants juvéniles (JD), ou des jeunes qui sont présumés ou condamnés en tant que délinquants juvéniles (JO), adolescents délinquants (AO) ou jugés comme jeunes délinquants (YO). Veuillez consulter les définitions de chaque type de jeune ci-dessous. Pour plus d’informations, consultez le New York Family Court Act.

Personnes ayant besoin de supervision (NIP)

En danger: Les jeunes de moins de 18 ans risquent d’avoir une demande de NIP déposée, comme le démontrent des facteurs qui peuvent inclure une faible fréquentation scolaire, des antécédents de violence ou de négligence, des liens sociaux faibles, une faible implication des parents, un traumatisme antérieur, des problèmes de comportement croissants et / ou des besoins en matière de santé comportementale.

Présumé: Indique qu’une requête en vertu de l’article 7 de la loi sur le tribunal de la famille a été déposée, alléguant qu’un jeune de moins de 18 ans est un NIP, ou qu’une personne ou une entité a demandé ou tenté de déposer une requête en vertu de l’article 7 de la loi sur le tribunal de la famille contre le jeune, et par conséquent, des services de déjudiciarisation sont organisés ou prévus conformément à l’article 735 de la loi sur le tribunal de la famille.

Jugée: Un tribunal de la famille a entendu l’affaire et a déterminé que le jeune est un NIP.

Délinquant juvénile (JD)

En danger: En date du 29 décembre 2022, les jeunes d’au moins 12 ans et de moins de 18 ans qui ont été arrêtés, avertis ou autrement portés à l’attention du système de justice pour mineurs, ou qui risquent de se livrer à un comportement délinquant, comme le démontrent des facteurs qui peuvent inclure, sans toutefois s’y limiter : de mauvais résultats scolaires, faible fréquentation scolaire, antécédents de violence et de négligence, arbitrage passé en tant que NIP, liens sociaux faibles, pairs antisociaux ou délinquants, faible implication des parents, toxicomanie et agressivité accrue envers soi-même et la communauté.

Présumé: En date du 29 décembre 2022, les jeunes d’au moins 12 ans et de moins de 18 ans qui ont fait l’objet d’une requête en vertu de l’article 3 de la Loi sur le tribunal de la famille alléguant qu’ils ont commis un acte qui serait un crime s’ils étaient commis par un adulte, ou les jeunes âgés de sept à 12 ans qui sont accusés d’avoir commis une infraction d’homicide. Il s’agit notamment des jeunes qui ont d’abord été accusés d’être des délinquants juvéniles ou des adolescents délinquants et dont les affaires ont été renvoyées de la partie jeunesse de la Cour supérieure à la Cour de la famille.

Jugée: Un tribunal de la famille a entendu l’affaire et a déterminé que le jeune est un JD.

Délinquant juvénile (JO)

Présumé: Le jeune a été accusé d’une infraction pénale JO telle que définie dans la loi pénale NYS § 10.00.

Condamné: Un jeune a été reconnu coupable d’une infraction criminelle de JO.

Adolescent délinquant (AO)

Présumé: Les jeunes accusés d’un crime commis le 1er octobre 2018 ou après cette date, à l’âge de 16 ans, ou le 1er octobre 2019 ou après cette date, à l’âge de 17 ans.

Condamné: Un jeune a été reconnu coupable d’une infraction criminelle liée à l’AO.

Jeune délinquant (YO)

Trouvaille: Les jeunes accusés d’avoir commis un crime entre 13 et 19 ans peuvent être admissibles à une conclusion yo. Une conclusion de l’ANNÉE est substituée à la condamnation d’un jeune admissible lorsqu’il est déterminé que l’intérêt de la justice serait servi en soulageant le jeune du fardeau d’un casier judiciaire.

Programmes et services

Lors de l’élaboration des plans stSJP, l’OCFS encourage les municipalités à envisager des programmes qui répondraient le mieux aux besoins des jeunes à risque d’entrer ou de participer à leur système de justice pour mineurs. Les programmes devraient être dans la mesure du possible : fondés sur les forces, adaptés aux traumatismes, pertinents sur le plan culturel et sensibles au genre. Une municipalité peut utiliser son allocation STSJP pour financer des programmes avec des services, y compris, mais sans s’y limiter, ceux qui :

L’OCFS soutient les municipalités alors qu’elles élargissent leurs programmes STSJP afin de s’aligner sur les points de décision clés du système de justice pour mineurs. Les résultats critiques à chaque point de décision éclairent les cinq domaines dans lesquels les jeunes et les familles peuvent être servis. L’utilisation de ces domaines aidera à la planification des programmes et à la mesure de leur impact. L’application actuelle du plan STSJP offre aux municipalités la possibilité de désigner les programmes souhaités dans les domaines décrits ci-dessous.

Prévention (P)

Des programmes qui s’adressent aux jeunes sans implication de la justice pour mineurs, mais qui mettent en évidence des comportements qui les exposent à un risque de contact avec la justice pour mineurs. Ces programmes utilisent des activités prosociales qui mobilisent les jeunes à risque afin de réduire leur risque d’entrer dans le système de justice pour mineurs.

Exemples: Club garçons et filles, YMCA/YWCA, mentorat ou autres activités positives de développement des jeunes.

Intervention précoce (IE)

Les programmes s’adressent aux jeunes qui ont eu des contacts avec le système de justice pour mineurs; un jeune qui suit l’ajustement JD, la déjudiciarisation du NIP ou les services d’évaluation volontaire et de planification de cas (VACPS) serait un bon candidat pour ce type de service. Les programmes d’assurance-emploi pourraient également servir les enfants de moins de 12 ans qui ne relèvent pas de la définition d’un JD au 29 décembre 2022 et dont le comportement les placerait autrement sous la juridiction du tribunal de la famille en vertu de l’article 3 de la Loi sur le tribunal de la famille (FCA). Ces programmes utilisent des activités prosociales dans le cadre d’une stratégie ciblée visant à mobiliser les jeunes qui risquent de devenir, ou qui sont présumés être, un JD ou un NIP, ou un AO ou un JO présumé engagé dans le VACPS qui n’a pas été renvoyé pour détention, afin d’empêcher toute implication accrue dans le système de justice pour mineurs.

Exemples: Tribunaux de la jeunesse pour les jeunes présumés JD, services de répit, programmes de justice réparatrice et médiation.

Alternatives à la détention (ATD)/Alternatives au placement pré-dispositionnel (ATPDP)

Programmes visant à réduire le recours à la détention non sécurisée, sécurisée ou spécialisée pour les jeunes présumés être des JD, des OG et des AO, ou à un placement présoégal pour les jeunes présumés être des NIP. Les programmes ATD/ATPDP aident à faire en sorte que les jeunes retournent devant les tribunaux et restent exempts de crime jusqu’à ce que leur cause soit tranchée. La période de service du programme est limitée aux délais de traitement des affaires judiciaires.

Exemples: Surveillance communautaire spécialisée, services d’appel pour rappeler aux jeunes de retourner au tribunal et programmes de surveillance électronique.

Alternatives au placement (ATP)

Programmes qui s’adressent aux jeunes jugés qui, autrement, seraient placés hors de chez eux s’il n’y avait pas de programmes qui peuvent maintenir les jeunes en sécurité dans la collectivité. Les programmes ATP peuvent être utilisés pour les jeunes jugés comme NIP, JD et YOs, ou condamnés comme Jos ou AOs. Ces programmes ciblent et traitent les facteurs de risque criminogènes connus et les besoins identifiés.

Exemples: Interventions cognitivo-comportementales fondées sur des données probantes, activités prosociales qui ciblent les jeunes ayant des préoccupations liées aux loisirs ou aux groupes de pairs, navigateurs,messagers/mentors crédibles et soutiens en matière de toxicomanie.

Réintégration/suivi (R/A)

Programmes qui appuient le réintégration et la réinsertion des jeunes dans la collectivité une fois libérés du placement en établissement et programmes qui réduisent la durée du séjour en établissement.

Exemples: Programmes de soutien professionnel ou éducatif, activités prosociales pour des loisirs positifs / construction de choix alternatifs, mentors / messagers / navigateurs crédibles et soutiens au logement.

Services indirects (SI)

Ces programmes ne font pas partie du continuum des domaines de services, car ils n’offrent pas de services continus aux jeunes; cependant, ils soutiennent les objectifs ultimes de STSJP.

Exemples: Incitations pour les jeunes, bons de transport pour les familles et les jeunes, coordination de la justice pour les jeunes au niveau local et évaluations contractuelles.