Bulletin d'information sur les services aux adultes

Passer au formulaire

Navigation et information accessibles

Utilisez les liens suivants pour naviguer rapidement dans la page. Vous pouvez accéder à :

Kathy Hochul, Gouverneur
Suzanne Miles-Gustave, Esq. commissaire intérimaire
Mars 2018 — Vol. 10, n° 1
Traduire

Le bulletin des services aux adultes

Message du Bureau exécutif
 
La conférence NYS AATI 2017 met en évidence les problèmes d’isolement social
 

Par sheila Poole, commissaire par intérim de l’OCFS

   Plus de 320 personnes ont assisté à la 24e édition annuelle de l’Adult Abuse Training Institute (AATI) de l’État de New York du 1er au 3 novembre à Albany. Le thème de la conférence, Social Isolation: Our Clients & Our Work, a été reflété dans le discours d’ouverture de Holly Ramsey-Klawsnik, Ph.D., intitulé « Le rôle et la relation de l’isolement social à l’auto-négligence ». Le Dr Klawsnik est clinicien et directeur de recherche pour la National Adult Protective Services Association.


Deux autres conférenciers en plénière étaient Alan Teel, M.D., directeur de Full Circle America et cofondateur de ElderCare Network, et Linda Tetor, directrice générale du Steuben Senior Services Fund, qui ont discuté des moyens de lutter contre la solitude et ses conséquences dévastatrices chez les personnes âgées.Les ateliers comprenaient l’isolement social, l’exploitation financière, l’application de la loi et la violence domestique. La conférence a également présenté la première dans le nord de l’État de New York d’un court métrage intitulé Assisted Living, écrit et réalisé par Dan Hunt, traitant de l’âgisme, de la dynamique familiale et de l’exploitation financière par les membres de la famille.
   Merci au Bureau des services aux adultes qui, en collaboration avec le Bureau de la formation, le Brookdale Center for Healthy Aging et un comité de planification de conférence interagences énergique, ont organisé et présenté cette précieuse conférence. J’attends avec impatience l’anniversaire d’argent de l’AATI de l’année prochaine maintenant dans la phase de planification.

Ci-dessus: Holly Ramsey-Klawsnik, Ph. D.; ci-dessous à gauche: Ternesia Calhoun, directrice adjointe de Queens APS et Kenya Edward, travailleur social APS à Queens Human Resources Administration à l’atelier « Speak Now Or Forever Wish You Did »; ci-dessous riight: conférenciers pléniers Linda Tetor et Alan Teel, M.D. 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                  

 

Marcher sur la corde raide : défis et succès dans le travail avec des cas de « négligence de soi »
Par Alan Lawitz, directeur du Bureau des services aux adultes

   Si vous ne travaillez pas dans les services de protection des adultes, vous ne savez probablement pas que la majorité des renvois à l’APS sont des cas de « négligence personnelle ». Il s’agit de cas où le danger pour un adulte ayant une déficience est dû à une incapacité de prendre soin de soi ou de se protéger contre les préjudices, plutôt qu’à l’action ou à l’inaction d’une autre personne.

 

                                                                                Alan Lawitz, directeur du Bureau des services aux adultes

   En 2017, les références d’auto-négligence en dehors de la ville de New York représentaient plus de 69% de toutes les références APS pour les adultes âgés de 18 ans et plus, et 65% pour les 60 ans et plus. À New York, 66 % de toutes les références à l’APS pour les 18 ans et plus étaient de l’auto-négligence, et 65 % pour les personnes âgées de 60 ans et plus. Les données fédérales publiées en août par l’Administration des États-Unis pour la vie communautaire (ACL) dans le cadre du nouveau Système national de signalement des mauvais traitements infligés aux adultes indiquent que sur les 43 États, le District de Columbia et les territoires qui ont soumis des données sur les types de mauvais traitements, l’auto-négligence représentait le pourcentage le plus élevé de victimes (57,7 %), beaucoup plus élevé que les catégories de risque les plus élevées, la négligence (19 %). l’exploitation financière (15,9 %) ou la violence psychologique (14 %).
   J’ai récemment invité les superviseurs de l’APS à me faire part de leurs réflexions sur ce qu’ils considèrent comme les aspects les plus difficiles des cas d’auto-négligence et sur les approches les plus efficaces pour relever ces défis. J’ai reçu un certain nombre de réponses réfléchies. En voici quelques-unes :

Karen Glover, comté de Fulton :

   Bon nombre des cas d’auto-négligence que nous voyons impliquent des personnes qui ont vécu ce mode de vie pendant de nombreuses années. Certains d’entre eux peuvent ne pas comprendre qu’ils ne prennent pas soin d’eux-mêmes et que faire des changements améliorerait leur qualité de vie, afin qu’ils puissent continuer à vivre dans la communauté. Expliquer les choses peut être difficile, car nous ne voulons pas embarrasser la personne ou lui enlever sa dignité. Être capable d’engager la personne, en ayant des contacts fréquents avec elle et en construisant une relation de confiance, peut aider à amener les gens à faire de petits changements. Aborder la situation d’une manière non menaçante est utile. Nous essayons de demander à la personne quel est son plan et de lui donner un rôle dans la réalisation des changements. Demander l’avis des clients, ne pas porter de jugement et expliquer que nous voulons les garder en sécurité et dans la communauté. Faire savoir à la personne et lui montrer que nous la défendrons également. Évaluer leur capacité à comprendre et déterminer si leur mode de vie les expose à un risque de préjudice ou de mort.

Jodie Smith, comté de Washington:
Les aspects les plus difficiles sont de déterminer si une personne manque de capacité et de déterminer le niveau de capacité. Tous nos clients ne verront pas un médecin. De plus, nous manquons de ressources dans notre région. Les gens sont en mesure de faire des choix concernant certains de leurs besoins, mais pas dans tous les domaines. Par exemple, une personne peut être en mesure de répondre à ses besoins en nourriture, en vêtements et en logement, mais peut ne pas être en mesure de maintenir ses finances.
   Il y a un manque de formation sur la démence ou les maladies liées à la démence. Beaucoup de gens ici voient la démence comme un diagnostic et supposent automatiquement qu’une personne manque de capacité. Nous savons que ce n’est pas le cas dans toutes les situations. Les gens peuvent souffrir de démence, mais ont la capacité de faire leurs propres choix et décisions.
   Les gens font de mauvais choix en général, mais choisissent de le faire. Ils en ont encore la capacité mais ne veulent pas changer leurs comportements. Les gens s’opposent à tout type d’aide. Ils ne veulent travailler avec personne. Les gens ont peur de changer. Nous avons tendance à recevoir de nombreux appels sur ces cas, parfois encore et encore.
   Les approches qui ont le mieux réussi à relever ces défis sont l’engagement; établir la confiance et les relations, ce qui peut prendre beaucoup de temps avant que quiconque ne commence à apporter des changements.
   Dans le comté de Washington, nous avons un centre de ressources sur le vieillissement et le handicap. Nous sommes plus impliqués dans la prestation des services et pouvons parler plus en profondeur des services qui leur sont offerts. APS porte plus d’un chapeau et travaille en étroite collaboration avec d’autres services et peut parfois offrir ces services plus rapidement.

Suzanne Bloes, comté de Chenango :
Nous recevons de nombreux cas de jeunes adultes qui ont reçu un diagnostic de trouble de la personnalité et qui ont tendance à ne pas être admissibles à des programmes comme le logement avec services de soutien parce que le critère d’admissibilité semble être une « maladie mentale grave et persistante ». Beaucoup de ces personnes ont très peu de connaissances sur les raisons pour lesquelles elles ne sont pas autonomes et ont de la difficulté à se conformer aux exigences en matière d’aide en espèces, par exemple. Nous essayons généralement de trouver des ressources informelles, mais avec certaines d’entre elles ont été épuisées. Ce que nous voyons, ce sont des personnes ayant une déficience intellectuelle dont le fonctionnement intellectuel est inférieur, mais qui ne sont pas admissibles aux services de l’OPWDD. Ces personnes ont tendance à être suffisamment fonctionnelles pour être nominalement autodirectrices, mais persistent à faire de très mauvais choix.
   Pour les clients plus âgés, nous avons tendance à surveiller même s’il n’y a pas de cas APS actif, uniquement parce que nous sommes un petit comté et que nous pouvons y parvenir. Très souvent, ces personnes persistent à vouloir rester chez elles, même lorsque celles-ci deviennent au mieux marginales. Nous avons parfois eu un certain succès avec l’affichage des maisons d’application du code, mais dans au moins un cas, la personne a refusé de partir et continue de vivre dans la maison. Elle a de la capacité, mais nous la voyons régulièrement et essayons de demander à quelqu’un de notre équipe mobile d’évaluation de crise de sortir avec le travailleur social afin que nous puissions vérifier le déclin avec une personne cliniquement formée.

Robin Rafan, comté de Chautauqua:
Les plus difficiles sont l’alcoolisme, la santé organique par rapport à la santé mentale; ils ont de la capacité mais ne sont pas sûrs (combien de temps surveillez-vous).
Nos approches les plus efficaces comprennent le suivi de ces cas pour établir une relation avec le client et attendre les occasions d’apporter des changements.
   Merci à ceux-ci et à d’autres superviseurs APS qui ont répondu. Ces réponses illustrent le travail difficile que les travailleurs de l’APS accomplissent, ayant la double responsabilité de protéger la sécurité et de protéger les droits des personnes capables de faire des choix, même de mauvais choix. Prenons tous un moment pour remercier ceux qui marchent quotidiennement sur cette corde raide.

 

1 273 jours
Par la superviseure Emily Burns, Services aux adultes et aux familles,
Département des services sociaux du comté de Broome

   Le 14 février 2014, les services de protection des adultes du comté de Broome ont reçu une recommandation concernant une femme de 74 ans, LR (pas ses vraies initiales), qui semblait confuse et qui errait dans son parc à roulottes habillée de manière inappropriée pour la météo. Nous savions peu de choses sur LR, mais nous connaissions une amie qui lui servait de soignante et avec qui nous avions interagi plusieurs mois auparavant.
Les travailleurs sociaux de l’APS sont intervenus à la maison et ont trouvé LR confuse et s’en remettant complètement à son soignant. L’APS a communiqué avec l’ACSA pour une évaluation et a communiqué avec le soignant pour s’assurer que les besoins immédiats étaient satisfaits. Une deuxième visite à domicile a révélé que LR était enfermée dans sa remorque, parlait à un bouchon de bouteille et était incapable d’ouvrir sa porte. Par la porte, LR a accepté que la police vienne à la maison pour y entrer. Alors qu’un travailleur de l’APS a contacté la police de l’État de New York, un autre a appelé le département de santé mentale du comté de Broome pour obtenir une ordonnance de transport de LR vers un service d’urgence local pour évaluation.
Lorsque LR est finalement sortie de sa remorque, il était clair qu’elle était profondément confuse, car elle était incapable de dire aux travailleurs son nom ou sa date de naissance. Un examen approfondi des dossiers de notre agence a révélé que LR était un ancien employé de l’État de New York et un ancien parent d’accueil dans le comté de Broome.
   Pendant que les travailleurs de l’APS s’occupaient de LR à la salle d’urgence, la police a fait un suivi auprès du soignant. Le soldat qui a travaillé sur l’affaire a appelé APS et était préoccupé par le fait que quelque chose de plus se passait, car la soignante avait la possession du chéquier de LR et de sa voiture. Le soldat a convenu que l’affaire serait transmise aux enquêteurs pour un suivi supplémentaire. Pendant ce temps, APS a commencé à vérifier les dossiers publics pour plus d’informations sur LR.
   La vérification des dossiers publics nous a amenés à communiquer avec une coopérative de crédit locale. La coopérative de crédit ne savait pas quels renseignements elle pouvait divulguer, mais a fait valoir qu’il semblait y avoir de nombreuses transactions douteuses. La coopérative de crédit a accepté d’examiner les comptes de LR et de communiquer avec APS le lendemain pour faire une recommandation si nécessaire. APS a fourni à la coopérative de crédit les citations légales et réglementaires qui lui ont permis de divulguer les informations dont nous avions besoin.
   Le lendemain, on a appris que LR était déshydratée et mal nourrie. Elle souffrait de démence modérée à sévère et a été admise à l’hôpital. APS a demandé à notre service juridique de déposer une demande de tutelle en vertu de l’article 81. Un membre de la famille a été localisé à l’extérieur du comté et a accepté de rencontrer les enquêteurs de l’APS et de la police de l’État à la remorque de LR afin qu’elle puisse être observée et que certains de ses effets personnels puissent être récupérés.
   La maison de LR s’est avérée être dans un état horrible et invivable. Il n’y avait pas d’eau courante, pas de nourriture, des ordures empilées (à l’intérieur et à l’extérieur), des excréments dans les toilettes, pas d’appareils électroménagers; il ne faisait aucun doute que l’aidant ne faisait pas grand-chose pour aider LR à vivre en toute sécurité, confortablement ou avec une quelconque dignité.
   La coopérative de crédit a finalement appelé et offert des années de relevés bancaires détaillant des chèques écrits au soignant pour un montant de dizaines de milliers de dollars. Il y avait également des preuves que les fonds de LR étaient utilisés pour payer des factures de services publics à des adresses autres que la sienne. Toutes ces informations ont été remises à la police d’État pour enquête criminelle.
   Le commissaire du département des services sociaux du comté de Broome a été nommé tuteur de LR et de ses biens; LR a été placé en toute sécurité dans un établissement de soins infirmiers qualifiés. Malheureusement, l’application Medicaid de soins chroniques s’est avérée difficile, car il y a des transactions s’élevant à des milliers de dollars qui ne pouvaient pas être comptabilisées. LR a été frappé d’une pénalité de près de 30 000 $. Un appel a été interjeté et a finalement gagné, car il était clair qu’elle était victime d’exploitation financière.
   Et nous avons attendu. Six mois après le renvoi initial, l’aidant naturel de LR a été arrêté et accusé de grand larcin et de mise en danger du bien-être d’une personne qui n’en a pas la capacité. Et nous avons attendu un peu plus. Près d’un an après que tout a commencé, le soignant de LR a été inculpé de grand larcin. Une autre année s’est écoulée et l’APS a appris qu’un procureur spécial devait être nommé parce que l’auteur, Garo Kachadourian, était un membre bien connu de la communauté qui s’était à un moment donné présenté à la mairie.
   Plusieurs mois plus tard, un procès en première instance a eu lieu où des travailleurs de l’APS figuraient parmi ceux qui ont témoigné. Garo Kachadourian a été reconnu coupable de grand larcin. Et nous avons attendu d’autres querelles juridiques. Enfin, le 9 août 2017, Garo Kachadourian a été condamné pour son crime ; il a été condamné à purger quatre fins de semaine au sein d’une équipe de travail de la prison du comté de Broome, à être sous surveillance de probation pendant cinq ans et à payer 13 000 $ LR en dédommagement. Il a immédiatement procédé à la restitution.
   Il a fallu cinq membres du personnel des services de protection des adultes, des soldats de l’État et des enquêteurs, un directeur de banque, plusieurs membres du personnel médical, deux avocats du DSS, deux procureurs criminels, deux juges et 1 273 jours pour obtenir justice pour LR – et cela valait chaque seconde.
   Il ne fait aucun doute que la justice pour LR était le résultat direct des efforts de coopération de beaucoup, beaucoup de membres de notre communauté – c’était exactement ce que l’APS est censé être : une réponse communautaire. Tous les professionnels impliqués dans cette affaire étaient nécessaires à son succès. En tant que superviseur de l’unité APS, il était encourageant de voir mon personnel se soutenir mutuellement et travailler en collaboration avec nos partenaires communautaires pour atteindre un objectif commun. Cette affaire était une première pour l’APS du comté de Broome et nous l’avons célébrée!
   Note de l’éditeur: Félicitations à Broome County APS et à ses partenaires: la police de l’État de New York, la coopérative de crédit, le bureau du procureur de district et d’autres personnes qui ont contribué à cette histoire à succès durement gagnée!

Formation pour les institutions financières tenues à White Plains
Le 6 décembre 2017, l’OCFS et le NYS Department of Financial Services (DFS) ont coparrainé une formation multidisciplinaire de professionnels de la finance, l’une d’une série de formations de ce type menées dans tout l’État. Le but de la formation est d’aider les gestionnaires et les autres membres du personnel des banques, des coopératives de crédit et des courtiers à reconnaître, prévenir et signaler les soupçons d’exploitation financière des personnes âgées et des adultes handicapés. Les présentateurs sur la photo ci-dessous sont, de gauche à droite : Kerri Tavzel, coordonnatrice de la maltraitance des aînés, Services à la famille de Westchester; Bruce Wells, avocat associé, Département des services financiers de la NYS; Jean Park, superviseur de l’APS, Westchester County DSS; Alan Lawitz, directeur du Bureau des services aux adultes de l’OCFS; Paula Sternberg, avocate adjointe, Département des services financiers du NYS; et Frederic Green, deuxième procureur de district adjoint, bureau du procureur du comté de Westchester.

 

 

 

 

 

En haut à gauche, de gauche à droite : Du comté de Washington, Gina Cantanucci-Michell, directrice générale du Bureau du Centre de ressources sur le vieillissement et les personnes handicapées; Jenna Abrahamson, examinatrice des services sociaux; Andrew « Jock » Williamson, travailleur social principal de l’APS.

 

Centre: Richard Downs, chef adjoint des politiques, département de police de Greene, présente « la réponse physiologique des personnes véridiques et trompeuses ».

 

Droite : Gary Brown, Esq., coordinateur de la maltraitance des personnes âgées à l’échelle de l’État au bureau du procureur général du NYS, discute de la reconnaissance et de la prévention des fraudes et des escroqueries qui ciblent les personnes âgées.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Ci-dessous à gauche : John Nowinski, EMT-P, coordinateur de la prévention des blessures/liaison EMS au Centre médical régional d’Orange, présentant sur la prévention des chutes

 

Centre, de gauche à droite : Lisa Rachmuth, (NYCHRA) et Linda Drummond Johnson (Brookdale Center for Healthy Aging), présentant les aspects intergénérationnels de la violence familiale

 

Droite : Amanda Leis, consultante en programme de gestion de l’argent, faisant une présentation lors d’un atelier intitulé « La démence précoce chez les personnes âgées isolées – Une fenêtre d’intervention »