Bulletin d'information de l'Agence OCFS

Passer au formulaire

Navigation et information accessibles

Utilisez les liens suivants pour naviguer rapidement dans la page. Vous pouvez accéder à :

Kathy Hochul, Gouverneur
Sheila J. Poole, Commissaire
Mai 2021 — Vol. 6, n° 5
Traduire

Message du commissaire

Formules de politesse!

Mai est le Mois national du placement en famille d’accueil. Nous avons tant à célébrer, avec le nombre d’enfants vivant en famille d’accueil à des niveaux historiquement bas et le pourcentage d’enfants vivant avec des parents / parents à des sommets historiques. Au cours de la période de cinq ans entre 2015 et 2020, le pourcentage d’enfants en famille d’accueil vivant avec des parents a doublé, passant de 21% en 2015 à 43% en 2020! Je félicite le personnel de l’OCFS, les travailleurs du comté et nos partenaires bénévoles d’avoir travaillé ensemble pour obtenir ces résultats extraordinaires. Bien que la mise en œuvre de la Loi sur les services de prévention axés sur la famille (FFPSA) se poursuive à l’approche de l’échéance fédérale, il vaut la peine de s’arrêter un instant pour réfléchir à nos réalisations mutuelles.

Avec la mise en œuvre du processus d’enlèvement des aveugles, nous prévoyons que nous verrons une plus grande équité dans le système de bien-être de l’enfance et le placement en famille d’accueil en particulier. Nous envisageons un système où la race, la situation socio-économique et d’autres variables des parents ne sont pas prises en compte lorsqu’ils décident quand retirer un enfant de leur foyer et le placer en famille d’accueil.

Je suis également très fier que nous ayons reconnu le stress accru que la pandémie a imposé à une population déjà vulnérable – les jeunes qui vieillissent hors de la famille d’accueil – et que nous y ayons répondu en leur permettant de réintégrer un placement en famille d’accueil ou de prolonger leur temps en famille d’accueil pour leur fournir le soutien nécessaire alors qu’ils jettent les bases d’une vie adulte réussie.

Le thème du Mois de la sensibilisation aux familles d’accueil de cette année, « Établir des partenariats avec les familles et les jeunes pour atteindre la permanence », est tout à fait approprié. Cela nous rappelle que nous devons être de véritables partenaires, écouter les besoins des familles d’accueil et de parenté et de nos jeunes en famille d’accueil et réagir de manière tangible et significative. Je suis très reconnaissante envers les voix de notre Conseil consultatif des jeunes de l’OCFS qui nous conseille et nous informe sur la façon dont nous pouvons mieux servir les jeunes vivant en famille d’accueil, et je les remercie de leurs contributions non seulement à cet organisme, mais aussi aux jeunes en famille d’accueil qui bénéficieront de leurs conseils. Leur contribution inestimable nous aide à façonner des politiques et des initiatives qui répondent vraiment aux besoins des jeunes en famille d’accueil. Leurs contributions aident également les familles d’accueil et le système judiciaire à apprendre à mieux répondre aux besoins des jeunes et des familles en famille d’accueil.

Alors que nous célébrons le Mois de la sensibilisation au placement en famille d’accueil, gardons ces jeunes et ces familles spéciaux au premier plan de nos pensées et de notre énergie alors que nous continuons à charger pour franchir la ligne d’arrivée de la FFPSA à la fin de septembre. Mes sincères remerciements et ma reconnaissance vont à vous tous qui travaillez à améliorer la vie et le bien-être de nos jeunes et de nos familles d’accueil.

Sincèrement,
Sheila J. Poole
Commissaire

Articles

L’OCFS célèbre le Mois de la sensibilisation aux familles d’accueil

Le Mois de la sensibilisation au placement en famille d’accueil est au cœur de notre travail de bien-être de l’enfance à l’OCFS et est au cœur de ce que nous faisons pour faire une différence positive dans la vie de certains des enfants et des familles les plus vulnérables de New York.

« Chaque année, pendant le Mois de la sensibilisation au placement en famille d’accueil, nous rendons hommage à nos parents d’accueil actuels et cherchons à en recruter davantage », a déclaré Renee Hallock, commissaire associée à la Division du bien-être de l’enfance et des services communautaires (CWCS).

Depuis 2010, le nombre d’enfants et de jeunes placés en famille d’accueil a considérablement diminué. Cela reflète un continuum de travail dans le domaine du bien-être de l’enfance qui comprend l’augmentation des services préventifs, l’accélération des audiences et la réduction du temps que les enfants restent en famille d’accueil en travaillant avec les familles pour fournir les services nécessaires. Le nombre de jeunes placés en famille d’accueil est passé de plus de 25 000 en 2010 à moins de 15 500 à la fin de 2019, soit une baisse de près de 40 %, avec un nombre beaucoup plus élevé de ces enfants résidant avec des parents et des amis que jamais auparavant.

« Nous sommes toujours à la recherche de plus de familles d’accueil et nous encourageons toute famille intéressée à contacter le département des services sociaux de leur comté », a déclaré Renee. « Nous sommes très reconnaissants envers les parents adoptifs et les parents d’accueil qui ouvrent leur cœur et leur foyer aux enfants en famille d’accueil. »

Le CWCS a mis l’accent sur l’augmentation du nombre de foyers d’accueil de parenté, reconnaissant que prendre soin de l’enfant d’un parent présente des « défis uniques », a déclaré Hallock. « Nous travaillons en étroite collaboration avec les comtés pour rechercher un parent afin de garder un enfant connecté à sa famille et d’améliorer les résultats pour l’enfant. »

Une loi récente aide les enfants placés en famille d’accueil pendant la pandémie de COVID-19 en les empêchant de vieillir automatiquement hors de la famille d’accueil à l’âge de 21 ans et en permettant à certains anciens jeunes en famille d’accueil âgés de plus de 21 ans de réintégrer la famille d’accueil. L’OCFS mène une campagne de sensibilisation du public pour alerter les jeunes de la possibilité de réintégrer le public. Veuillez contacter chafee@ocfs.ny.gov pour plus d’informations et rechercher des messages sur les plateformes de médias sociaux d’OCFS.

Veuillez voir ci-dessous un récit poignant de première main sur le fait d’être en famille d’accueil et dans le système de bien-être de l’enfance, soumis par un membre du Conseil consultatif de la jeunesse de l’OCFS. Nous la remercions d’avoir partagé son histoire pour aider les autres!

Le courage de se connecter

Je suis entrée en famille d’accueil avant l’âge d’un an. J’ai été placée en famille d’accueil et j’en suis sortie plusieurs fois avant la dernière fois que j’ai été prise en charge à l’âge de 14 ans. Quand j’avais 13 ans, j’ai quitté la maison de ma mère biologique parce que l’environnement abusif et négligent n’était plus supportable. J’ai vécu avec un ami pendant un certain temps jusqu’à ce que mes frères et sœurs et moi soyons officiellement placés en famille d’accueil. J’ai vécu avec mes tout derniers parents d’accueil jusqu’à l’âge de 15 ans, date à laquelle j’ai été placé dans un établissement résidentiel.

Quand je suis arrivé à l’établissement, je détestais ça. J’avais l’habitude de faire ce que je voulais, quand je voulais, et ce n’était plus une option. Inutile de dire que je ne me suis pas conformé à leurs règles; Je n’ai pas trouvé cela nécessaire. Dès le premier jour où je suis arrivé là-bas, je n’ai écouté personne, même quand c’était quelque chose que je voulais faire. Qui ils pensaient que j’étais avait été très rapidement communiqué. Je suis entré dans le pensionnat et l’une des premières choses qui m’a été dite a été : « J’ai entendu parler de toi... tu aimes causer des ennuis », et je me souviens m’être dit : « Elle n’a pas tort. » L’idée que j’étais « mauvais » avait été forée dans ma tête pendant très longtemps.

J’assume la responsabilité de mon comportement négatif pendant cette saison. En plus de cela, cependant, j’ai de l’empathie pour moi-même maintenant parce que la situation dans laquelle j’étais m’a enlevé mon pouvoir, ma voix et mon autonomie. Je me battais pour être entendue. J’essayais de survivre. Heureusement, quelqu’un a reconnu que je pouvais être plus que ce qu’on m’avait fait croire que j’étais, avant que je ne le fasse, et m’a fait savoir. Un jour, un jour comme beaucoup d’autres, j’étais en train de passer à l’acte. Cela n’a vraiment choqué personne. À ce moment-là, je comptais les jours jusqu’à ce que j’aie 18 ans pour pouvoir me déconnecter, et j’avais accepté que j’allais avoir des ennuis jusqu’au jour où je pourrais partir.

J’étais assis dans la salle d’intervention quand l’un des membres du personnel s’est approché de moi. En me souvenant de cela, je reconnais que mon corps était plein de peur, anticipant ce qu’elle avait à me dire - elle n’était pas la personne la plus douce de l’établissement, de loin. Ce jour-là, son mur est tombé, cependant, et elle a communiqué sa vulnérabilité avec moi en prenant le temps de vraiment me voir. Elle m’a fourni les mots qui m’ont aidé à commencer à voir ce que mes comportements cherchaient vraiment à communiquer. Elle a eu le niveau des yeux avec moi, a encouragé le contact visuel, ce que les gens faisaient rarement avec moi, et elle a pointé du doigt le mur - c’était notre conversation:

Enseignant : « Voyez-vous ce mur ? »

Moi : « Et ? »

Enseignant : « Voyez-vous la fissure dans le mur ? »

Moi : « Ouais. »

Enseignant: « Eh bien, c’est à peu près combien de votre vie s’est passée. Vous devez faire de votre vie ce que vous voulez qu’elle soit. Arrêtez de laisser les autres vous contrôler. »

Voilà... cette conversation de cinq lignes a changé beaucoup de mon comportement et de ma trajectoire de vie. À ce moment-là, j’ai réalisé que je pouvais rester sur mon chemin actuel - en colère et asservi au contrôle que les autres exerçaient sur moi, ou je pouvais choisir de prendre possession de ma vie et d’écrire une nouvelle histoire, selon mes conditions.

Peu de temps après, j’ai postulé à l’université et, quatre ans plus tard, j’ai obtenu un baccalauréat en psychologie, en éducation et en littérature pour soutenir les jeunes traumatisés. Je travaille maintenant dans une classe d’éducation spécialisée avec des enfants qui ont vécu tant de traumatismes et d’adversité. Au cours de mon rôle, j’ai appris tellement de choses que je ne peux même pas commencer à expliquer - l’une des choses les plus importantes étant: des choses difficiles se produisent dans ce monde, et bien qu’elles puissent être inconfortables à entendre, donner aux étudiants la possibilité d’être entendus peut être désordonné, mais c’est une poursuite qui en vaut la peine. Bien que le fait d’être en famille d’accueil ait connu des moments difficiles, cela m’a finalement façonné pour devenir la personne compatissante, attentionnée et empathique que je suis aujourd’hui. Je rencontre mes étudiants avec le même cœur que celui que j’ai rencontré dans l’établissement résidentiel. Cette conversation très percutante continue de me trotter dans la tête; non seulement la conversation, mais aussi la façon dont elle m’a fait me sentir. Je m’en souviens chaque fois que je rencontre un élève qui éprouve des difficultés.

L’OCFS a marqué le Mois de la prévention de la maltraitance des enfants en avril

L’OCFS a célébré le mois d’avril comme le Mois de la prévention de la maltraitance des enfants de plusieurs façons : en portant du bleu, en plantant des roues d’épingle et en éclairant les monuments de l’État en bleu de l’Empire State Building aux chutes niagara. L’OCFS a également organisé un webinaire virtuel intitulé « Facteurs de protection : stratégies éprouvées pour réduire la maltraitance des enfants ».

La commissaire Sheila J. Poole a présenté l’événement, qui a été coorganisé par le directeur général de Prevent Child Abuse New York, Tim Hathaway. Le discours d’ouverture a été prononcé par la Dre Melissa Merrick, à droite, présidente et chef de la direction de Prevent Child Abuse America, qui a discuté des facteurs de protection essentiels pour prévenir la négligence et la maltraitance des enfants, y compris la résilience parentale, les liens sociaux et la connaissance du rôle parental et du développement de l’enfant.

L’événement a également mis en évidence l’excellent travail qui se déroule dans tout l’État, avec les services de soutien aux parents adolescents à Rochester, qui se sont associés à une sororité universitaire locale pour collecter des articles essentiels pour les nouveaux bébés et ont fait don de 22 sacs à couches remplis de fournitures.

Plus de 200 personnes de l’OCFS ont participé à l’événement en direct.

Si vous souhaitez plus d’informations, les liens suivants contiennent des ressources utiles sur la prévention de la maltraitance des enfants pour soutenir les familles :

La Fédération unie des enseignants honore un employé de la Division des services de garde d’enfants de l’OCFS pour son soutien exceptionnel aux enfants, aux familles et aux fournisseurs

La Fédération unie des enseignantes et des enseignants (UFT) a récemment surpris et honoré Karen Rawlings, à gauche, de la Division des services de garde d’enfants (DCCS) de l’OCFS avec le prix du partenariat UFT et la reconnaîtra, elle et DCCS, lors de la célébration virtuelle d’appréciation des fournisseurs UFT 2021 en mai, sur le thème « Persévérance à travers des temps sans précédent ». Karen et DCCS sont reconnus pour leur soutien aux fournisseurs de services de garde, aux enfants et aux familles.

Depuis plus de 30 ans, l’UFT reconnaît les éducateurs, les partenaires de l’éducation et les organisations pour leur travail exceptionnel en fournissant aux membres le soutien et l’expertise nécessaires pour préparer les enfants à l’école et à la réussite tout au long de leur vie.

« Karen est tout simplement formidable », a déclaré Janice Molnar, sous-commissaire du DCCS. « Elle est professionnelle et minutieuse et a continué à maintenir une attitude positive tout au long de cette période très difficile avec la pandémie. Elle a beaucoup de pain sur la planche et gère tout cela avec le sourire. »

Karen a commencé sa carrière à l’OCFS en 2003 en tant que conseillère en établissement pour la jeunesse au bureau de suivi de Brooklyn, où elle a supervisé des jeunes jugés par le tribunal, mettant en œuvre des plans de service pour atténuer davantage la délinquance. Elle a rejoint DCCS en 2014 au bureau régional de la ville de New York (NYCRO), où elle a assuré la supervision réglementaire et l’assistance technique au département de la santé et de l’hygiène mentale de la ville de New York. Facilitant les cas d’application de la loi pour les programmes de garde d’enfants à New York, Karen a travaillé en étroite collaboration avec le Bureau of Day Care Enforcement et les bureaux de l’arrondissement.

En 2019, elle a été promue au poste de superviseure de l’application de la loi et supervise maintenant le personnel du NYCRO et continue d’assurer la liaison entre l’OCFS et de nombreux intervenants. En l’absence d’un directeur régional, Karen a joué un rôle essentiel dans la poursuite harmonieuse des opérations quotidiennes du bureau régional.

Félicitations à DCCS et Karen!

La Journée d’appréciation des fournisseurs célèbre un anniversaire d’argent

Le 7 mai marque le 25e anniversaire de la Journée d’appréciation des fournisseurs, une façon de remercier les fournisseurs de services de garde, les enseignants, le personnel des programmes d’âge scolaire, les directeurs et le personnel des garderies, ainsi que tous ceux qui travaillent avec les enfants et sont responsables de leur éducation et de leurs soins.

L’OCFS reconnaît et valorise le travail des fournisseurs de services de garde d’enfants chaque jour. Joignez-vous à OCFS pour remercier les fournisseurs de services de garde d’enfants et les éducateurs dévoués de New York pour leur travail acharné et leur engagement envers l’investissement le plus précieux de l’État de New York – nos enfants.

Sous-commissaire de la Division du développement de la jeunesse et des partenariats pour la réussite Modère le panel de jeunes

Il ne fait guère de doute que la pandémie de COVID-19 a été difficile pour les adolescents, tout comme elle l’a été pour les adultes. Lors de la conférence annuelle de la New York Association of Training and Employment Professionals pour les jeunes praticiens, le laboratoire d’apprentissage numérique de cette année comprenait un panel modéré par la Dre Nina Aledort, à gauche, sous-commissaire de la Division du développement de la jeunesse et des partenariats pour la réussite de l’OCFS. Intitulé « Coming Out of the Dark: Youth Dealing with Substance Abuse, Mental Health Issues and Its Impact on Families », le panel comprenait du personnel du Champlain Valley Family Center et de la Mental Health Association of New York.

Une grande partie du dialogue du panel avec plus de 65 participants a porté sur la façon de créer le bon espace pour les jeunes aux prises avec des besoins en santé mentale et la toxicomanie ou la consommation de substances pour se connecter et obtenir le soutien dont ils ont besoin. La conversation a porté sur l’importance des environnements de guérison, des soins personnels pour le personnel et de la façon de soutenir les familles des jeunes en difficulté.

Compte tenu de l’expérience de la pandémie de COVID et des pressions supplémentaires liées à l’isolement, à l’incertitude, à l’anxiété et aux difficultés économiques, les participants ont adopté la séance.

« Apprenez les signes. Agissez tôt.
Le Conseil des enfants et des familles organise un webinaire d’aide préscolaire

Pendant la COVID-19, une collaboration à l’échelle de l’État, qui comprend OCFS et Head Start, a été formée pour promouvoir le programme « Learn the Signs » du CDC. Agissez tôt. (LTSAE) pour aider les parents et les fournisseurs à apprendre les signes d’un développement sain de l’enfant. Ces matériaux sont recommandés par l’American Academy of Pediatrics à

  • aider à identifier les enfants qui pourraient avoir besoin de soutien supplémentaire,
  • aider les praticiens à intégrer la surveillance du développement dans leurs pratiques;
  • permettre aux familles de mieux comprendre la santé du développement et la connaissance des soutiens et des ressources locales.

Le Programme d’aide préscolaire de l’État de New York et le Conseil de l’État de New York sur les enfants et les familles (CCF) organisent un projet intitulé « Apprenez les signes. Agir tôt. » webinaire le 6 mai à 11 h .m pour les programmes d’aide préscolaire et d’aide préscolaire et d’autres fournisseurs de services de la petite enfance. Il fournira des conseils et des ressources gratuites aux parents sur la façon de discuter des problèmes de développement et aidera les parents qui travaillent à devenir de meilleurs observateurs du développement de leur enfant et les encouragera à agir en fonction de leurs préoccupations.

Le financement de cette initiative, de l’Association of University Centers on Disabilities, prend fin en septembre 2021, mais la CCF espère étendre et élargir le programme avec le soutien du projet fédéral « Early Childhood Comprehensive Systems: Health Integration Prenatal to Three » afin de renforcer davantage l’accès aux soins centré sur la famille en formant les prestataires de soins médicaux et en encourageant l’utilisation et la diffusion généralisée du matériel LTSAE.

Des questions sur le webinaire? Veuillez communiquer avec ciearra Norwood, coordonnatrice de projet du FCC, à ciearra.norwood@ccf.ny.gov.

Les projets d’avril du Columbia Girls Secure Center aident la communauté et la Terre

Pour reconnaître le mois d’avril comme le Mois de la prévention de la maltraitance des enfants, les résidentes du Columbia Girls Secure Center ont pris des mesures supplémentaires pour aider à prévenir les abus et la négligence dans la communauté.

Le 20 avril, le personnel et les résidents portaient du bleu pour sensibiliser le public à la prévention de la maltraitance des enfants. Ils ont également participé à une marche où le personnel a promis des dons en fonction du nombre de tours effectués, et tous les bénéfices ont été reversés à la New York State Children’s Alliance.

Dans les classes professionnelles, les étudiants ont planté leurs potagers annuels et planté un arbre sur le campus en l’honneur de Kate Sessions, une pionnière qui est surtout connue pour avoir planté des arbres pour créer un grand parc dans la ville de San Diego au début des années 1900.

Sur le plan académique, les résidents ont célébré le « Mois national de la poésie », qui était un thème permanent et interdisciplinaire dans toutes les classes académiques. Les résidents ont également écrit des poèmes. Et pour relier le monde vocationnel au monde académique, les élèves ont exploré le thème « Nourrir contre la négligence » – où l’entretien de leurs jardins servait de métaphore pour prendre soin d’eux-mêmes et de leurs proches.

Le soleil se lève tous les matins

Le soleil se lève tous les matins, mais pas tous les jours il brille. Je me réveille et je me dis tous les jours, aujourd’hui est un nouveau jour, mais parfois je suis coincé dans le rétroviseur. Moi seul peux changer ma journée, moi seul, personne d’autre ne peut la changer à part moi. Ainsi, chaque jour, le soleil brillera, mais seulement si je choisis de le laisser briller. Chaque jour n’est que ce que je fais. Le choix m’appartient !

Avril a également été le Mois de la sensibilisation à l’autisme, et plusieurs étudiants ont exploré diverses organisations qui aident les personnes atteintes d’autisme et leurs familles, et comment la société peut devenir plus inclusive.

Portez vos vêtements collégiaux préférés le 3 mai pour le mois de la signature des collèges et soumettez des photos

Célébré au printemps, le College Signing Month NY célèbre les lycéens qui ont décidé quel collège fréquenter à l’automne.

Cette année, la Division du développement de la jeunesse et des partenariats pour la réussite de l’OCFS encourage tout le personnel de l’OCFS le 3 mai à montrer les vêtements et les vêtements de leur alma mater (chapeaux, chemises, bannières, etc.) en l’honneur de cette journée spéciale pour montrer leur soutien aux jeunes dont nous avons la charge et qui peuvent avoir des aspirations universitaires.

Veuillez envisager de prendre des photos de groupe en plein air et à distance sociale pour célébrer et soumettre à john.craig@ocfs.ny.gov pour publication sur l’intranet de l’OCFS.

OCFS devient encore plus vert

Le 1er janvier 2020, la Climate Leadership and Community Protection Act (CLCPA) de l’État de New York a été adoptée, obligeant les organismes d’État à créer un plan de mise en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre à 40% par rapport aux niveaux de 1990 d’ici 2030, de 85% par rapport aux niveaux de 1990 d’ici 2050 et un objectif ambitieux de réduction de 100% d’ici 2050.

GreenNY est un consortium de quatre entités de gestion réunies pour aider les agences d’État à atteindre les objectifs fondamentaux de la CLCPA, notamment la New York State Energy Research and Development Authority (NYSERDA), la New York Power Authority (NYPA), le Département de la conservation de l’environnement (DEC) de l’État et le Bureau des services généraux de l’État.

L’OCFS élabore actuellement un plan directeur pour répondre au mandat de décembre 2021. L’équipe de planification, composée de membres clés du personnel de l’OCFS et qui s’agrandira au fur et à mesure que davantage d’expertise sera nécessaire, fait des progrès importants dans l’élaboration du cadre du plan de pipeline de projets de l’OCFS. L’équipe s’est concentrée sur

  • la transmission de données sur la consommation d’énergie à l’aide de FREE, une application logicielle propriétaire qu’OCFS a développée pour suivre plusieurs éléments liés à l’énergie dans l’ensemble de l’agence,
  • bornes de recharge électriques pour véhicules électriques et hybrides sur les sites de l’OCFS et dans les installations de la Division de la justice pour mineurs et des opportunités pour les jeunes (DJJOY),
  • la recherche sur les volets de financement et le financement;
  • l’élaboration du pipeline de projets de l’OCFS, qui comprend les éléments suivants :
    • Redimensionnement des installations pour aider à réduire la consommation d’énergie
    • Améliorer les installations DJJOY, y compris les commandes électroniques des systèmes pour améliorer l’efficacité des systèmes de chauffage et de refroidissement des bâtiments
    • Faire progresser les sources d’énergie renouvelables pour réduire la consommation de combustibles fossiles
    • Utilisation de l’éclairage LED dans les installations
    • Rénover les salles de bains, y compris l’installation d’appareils et d’appareils à économie d’eau et d’énergie.

« La New York Power Authority et son programme New York Energy Manager ont tous deux noté que l’OCFS prend une longueur d’avance par rapport aux autres organismes d’État dans l’élaboration de notre plan », a déclaré Raymond M. Farina, directeur de la planification et du développement des installations de l’OCFS et membre de l’équipe de planification.

Sécurité chimique sur le lieu de travail et à la maison

Saviez-vous que même de simples produits de consommation contenant des produits chimiques qui ne sont pas utilisés comme prévu pourraient affecter votre sécurité et celle de votre famille?

Pour maintenir un lieu de travail sécuritaire, le Bureau des services de gestion et le Bureau de la sécurité et de la santé achètent et gèrent toutes les matières toxiques et dangereuses utilisées dans tous les bureaux, y compris le toner pour photocopieur, les nettoyants, les désinfectants, les produits industriels et les produits emballés de consommation tels que Windex, les lingettes Clorox, le spray Lysol, etc.

OCFS suit les normes OSHA Hazard Communication, NYS State Right to Know et OGS pour le contrôle des produits chimiques pour les bâtiments appartenant à l’État et loués. Pour rappel de la sécurité de tous, l’OCFS interdit aux employés d’apporter sur le lieu de travail des matières toxiques ou potentiellement dangereuses, y compris des biens de consommation emballés sous quelque forme que ce soit (sprays, liquides, solides).

Si vous avez des questions sur les pratiques de contrôle des produits chimiques de l’OCFS, la communication des dangers de l’OSHA ou le droit de savoir de l’État de New York, veuillez contacter John Greening, directeur de la sécurité et de la santé de l’OCFS, à john.greening@ocfs.ny.gov, ou Irena Glogowski, Bureau des services de gestion, à Irena.glogowski@ocfs.ny.gov.

Travailler à domicile en toute sécurité – Un regard sur l’ergonomie

La pandémie de coronavirus a changé où et combien d’entre nous travaillent. Alors que de nombreux employés retournent au bureau, certains travaillent à domicile. Vous trouverez ci-dessous quelques conseils ergonomiques offerts par les syndicats d’État.

Dans un bureau ou un lieu de travail fixe, il peut être plus facile d’avoir une configuration ergonomique appropriée à votre bureau, par rapport au travail à domicile ou à distance. Mais il existe des solutions, telles que ces conseils rapides pour vous aider à améliorer votre poste de travail à domicile :

  • Travaillez à partir d’une table ou d’un bureau. Travailler à partir d’un canapé peut être tentant, mais il est important de travailler à partir d’une surface qui vous permet de construire un poste de travail ergonomiquement correct. Il peut s’agir d’une table de salle à manger, d’un bureau personnel ou de toute table de hauteur moyenne.
  • Utilisez une chaise de soutien. Si vous avez une chaise de bureau réglable à disposition, profitez-en et utilisez-la. Sinon, trouvez une chaise avec un dossier complet et un bord avant arrondi ou doux. Vous voulez vous asseoir tout le chemin en arrière dans la chaise, pour soutenir pleinement votre dos. Vos cuisses doivent reposer sur la chaise uniformément de votre hanche à votre genou, les pieds à plat sur le sol. Assurez-vous que l’arrière de vos genoux ne frotte pas sur un bord avant dur. Vous voudrez peut-être utiliser des oreillers ou des serviettes enroulées pour un soutien lombaire, un coussin d’assise ou un dossier.
  • Travailler à partir d’un ordinateur portable. Les ordinateurs portables ont été créés pour être portables. Il est très pratique d’avoir votre ordinateur plié et aller avec vous. Cependant, de nombreux travailleurs les utilisent maintenant comme poste de travail principal tout en travaillant à distance. Les ordinateurs portables ont tendance à être moins réglables et ont des surfaces de travail plus petites que les postes informatiques fixes.
    Si possible, utilisez votre ordinateur portable comme moniteur et soulevez-le avec un support d’ordinateur portable, une boîte, un livre ou un classeur pour que le haut de l’écran soit parallèle à votre vue. Utilisez ensuite un clavier et une souris externes pour compléter votre poste de travail (comme illustré).

Tiré de : PEF, Ergonomie : Travail à domicile Factsheet
HealthandSafety@pef.org