Articles d'actualité

Skip to Content

Navigation et information accessibles

Utilisez les liens suivants pour naviguer rapidement sur la page. Le numéro de chaque lien correspond au raccourci clavier.

Traduire

Vous êtes sur cette page : Articles d'actualité

En l'honneur de la semaine de sensibilisation aux transgenres, la gouverneure Hochul signe des projets de loi sur la protection des LGBTQ+.

La gouverneure Kathy Hochul a signé aujourd’hui une loi au Centre communautaire LGBT visant à élargir les protections de la communauté LGBTQ + et de ceux qui ont été victimes de trafic sexuel. La loi START concerne l’annulation des condamnations pour des infractions commises en raison du fait d’être victime de trafic sexuel, de trafic de main-d’œuvre et de prostitution forcée. Projet de loi S.5325/A.6193 oblige les entreprises de services publics à permettre aux clients d’utiliser leur nom et leurs pronoms préférés.

 

« Alors que nous assistons à des attaques contre les droits et les protections des LGBTQ + dans tout le pays, New York déclare une fois de plus que nous sommes un État pour tous - un État où nous ne criminalisons pas inutilement les victimes et où nos communautés trans, non binaires et non conformes au genre sont affirmées », a déclaré le gouverneur Hochul. « Mon administration s’est engagée en faveur de l’égalité et de la sécurité pour tous et New York est en mesure de montrer la voie grâce au travail de nos défenseurs infatigables et de nos partenaires à l’Assemblée législative. Ensemble, nous continuerons à construire un État accueillant pour tous. » 

 

La législation S.674/A.459, la loi START, renforce la protection des victimes de la traite à des fins sexuelles, de la traite de main-d’œuvre, de la prostitution forcée et de la traite des personnes, qui sont reconnues coupables d’une série d’infractions résultant de cette traite ou de la contravention. Cette loi s’appuie sur une loi adoptée en 2010 à New York permettant aux victimes de la traite des personnes d’annuler les condamnations criminelles liées à la prostitution qui étaient directement liées à leur victimisation.

 

La sénatrice Jessica Ramos a dit : « Pendant la Semaine nationale de sensibilisation aux transgenres, l’idée de renforcer la visibilité autour des défis structurels rencontrés par les New-Yorkais trans et non conformes au genre doit être plus qu’un geste. Nous devons légiférer d’une manière qui honore et protège leurs droits en tant que membres de notre communauté. La loi START donne aux survivants de la traite le nouveau départ qu’ils méritent, en réduisant les obstacles à l’emploi, en améliorant l’accès à des recours juridiques appropriés en matière d’immigration et en aidant à briser les cycles de traumatismes pour des milliers de survivants dans notre État. 

 

Richard Gottfried, membre de l’Assemblée, a déclaré : « Les survivants de la traite ne sont pas des criminels. Les personnes réduites en esclavage par des trafiquants ne devraient pas subir le fardeau des condamnations pour les crimes qu’elles ont été forcées de commettre. La loi de New York de 2010 a été la première dans le pays et est devenue un modèle national. Aujourd’hui, grâce au gouverneur Hochul, davantage de survivants de la traite peuvent mener une vie productive et être protégés contre l’expulsion pour leurs condamnations antérieures.  Merci à la marraine du Sénat Jessica Ramos, au président de l’Assemblée Carl Heastie et aux nombreux défenseurs d’avoir contribué à la signature de cet important projet de loi sur les droits de la personne.

 

Législation S.5325/A.6193 donne aux clients des services publics le droit d’être adressés et reconnus par leur nom et leurs pronoms préférés en exigeant que les sociétés de services publics, les municipalités, les sociétés de traitement des eaux et les fournisseurs de services téléphoniques permettent aux clients d’utiliser leur nom et leurs pronoms préférés. 

 

Le sénateur Brad Hoylman a dit : « Quelle merveilleuse façon pour le gouverneur Hochul de reconnaître l’importance de la Semaine de sensibilisation aux transgenres en signant notre projet de loi (S.5325/A.6193) obliger les compagnies de services publics et de téléphone de New York à utiliser les noms et les pronoms préférés de leurs clients. Personne ne devrait souffrir de l’indignité d’être « nommé mort » ou d’être désigné par son nom ou son sexe non affirmé.Et 2021 étant l’année la plus meurtrière pour les personnes transgenres et non binaires depuis que la Campagne des droits de l’homme a commencé à enregistrer ces données, notre nouvelle loi envoie un message important de soutien aux plus de 78 000 personnes transgenres et non conformes au genre dans l’État de New York. Je félicite le gouverneur Hochul, ainsi que le chef Stewart-Cousins, le député González-Rojas et mes collègues des deux Chambres pour leur soutien à cette loi et leur respect des droits et de la dignité des New-Yorkais transgenres. »

 

Jessica Gonzalez-Rojas, membre de l’Assemblée, a déclaré : « À une époque où nous assistons à un nombre record de meurtres de personnes trans, en particulier de femmes trans, et de lois anti-LGBT présentées et adoptées dans d’autres États du pays, New York doit faire preuve de leadership et s’opposer à la haine. Je suis fier d’avoir parrainé un projet de loi, qui veillera à ce que les personnes transgenres soient respectées par les sociétés de services publics lorsqu’elles font des affaires dans notre État. Je tiens à remercier le Président Heastie de son appui à ce projet de loi, les défenseurs de l’avoir aidé à le faire avancer à Albany et le gouverneur Hochul de l’avoir promulgué. Cette semaine de sensibilisation trans nous a permis de passer de la sensibilisation à l’action. À nos frères et sœurs trans, sachez que vous avez un allié en moi parce que vous comptez. Les vies trans comptent. »

 

Le représentant Jerrold Nadler a déclaré : « Je félicite le gouverneur Hochul d’avoir promulgué ces protections de bon sens. Ces projets de loi font d’importants progrès vers un New York plus juste et plus équitable, exigeant que les services publics s’adressent de manière appropriée à nos membres de la communauté transgenres et non conformes au genre et aidant à briser le cycle des traumatismes et des abus pour les victimes de la traite des personnes en facilitant l’élimination des condamnations liées à leur traite. 

 

Le représentant Ritchie Torres a déclaré : « La promulgation de ce paquet législatif consolide davantage l’État de New York en tant que chef de file national en veillant à ce que la communauté LGBTQ soit protégée et traitée avec dignité et respect. Alors que notre pays continue d’être témoin d’une augmentation des crimes haineux, en particulier contre les personnes transidentifiées, tous les ordres de gouvernement devraient adopter des lois qui préviennent la violence et protègent les communautés vulnérables. Je félicite le gouverneur Hochul d’avoir pris des mesures pour inscrire les protections LGBTQ dans la loi de l’État et cimenter davantage New York en tant que refuge pour tous. »

 

Deborah J. Glick, membre de l’Assemblée, a déclaré : « En signant ces projets de loi essentiels, le gouverneur Hochul réaffirme le dévouement de New York à la dignité, au respect et au droit à une seconde chance dans la vie. Je la remercie, ainsi que mes collègues, d’avoir défendu les identités transgenres et non conformes au genre, et d’avoir assuré un avenir à toutes les survivantes de la traite des personnes. »

 

Danny O’Donnell, membre de l’Assemblée « Chaque jour, les personnes trans se battent pour que leur existence soit reconnue – par leur gouvernement, par leurs familles et par leurs pairs. Je suis fier que notre État se lève à nouveau et dise clairement que les New-Yorkais trans méritent d’être vus pour ce qu’ils sont. De la loi sur la reconnaissance du genre à l’abrogation de l’interdiction de Marcher alors que les transgenres sont en passant par les projets de loi d’aujourd’hui, New York montre la voie et veille à ce que les personnes trans, non binaires et non conformes au genre obtiennent les droits et la dignité qu’elles méritent.Je suis reconnaissant au gouverneur Hochul pour son soutien indéfectible aux droits des LGBTQ et pour avoir fait progresser les valeurs de notre État en signant une loi qui protège les personnes trans contre la haine et le harcèlement. Tous ces développements, qui surviennent pendant la Semaine de sensibilisation aux transgenres, réaffirment l’engagement de New York à défendre les droits de l’homme.

 

Le président de l’arrondissement de Manhattan, Gale A. Brewer, a déclaré : «En tant que présidente d’arrondissement du berceau du mouvement moderne des droits LGBTQ, je sais que les signatures de projets de loi d’aujourd’hui par le gouverneur Hochul rapprochent notre État d’un endroit plus juste et plus égal où chacun d’entre nous peut vivre dans la dignité. Merci au gouverneur Hochul d’avoir veillé à ce que les services publics soient tenus de permettre aux clients d’utiliser leur nom et leurs pronoms préférés, et de protéger la confidentialité des dossiers des procédures judiciaires concernant les victimes du travail et de la traite sexuelle.

 

Lynn Schulman, membre élue du Conseil « Je suis honoré de me tenir aux côtés du gouverneur Hochul aujourd’hui pour aider à apporter la dignité à notre communauté trans. Cette nouvelle disposition de la loi sur la fonction publique obligera les entreprises de services publics à traiter les New-Yorkais, et en particulier nos voisins transgenres, avec le respect qu’ils méritent. Désormais, les clients peuvent utiliser leurs noms et pronoms préférés lors de l’obtention de services quotidiens. New York est un meilleur endroit lorsque nous protégeons et considérons tout le monde. De plus, la Loi start protégera les survivants de la traite des personnes et j’applaudis le leadership du gouverneur Hochul qui a fait de ce projet de loi une loi. Cette loi renforcera notre sécurité publique en ne punissant pas les personnes exploitées par la traite. Cela empêchera également les informations confidentielles des survivants de saper leur capacité à reconstruire leur vie. »

 

Chi Ossé, membre élu du Conseil, a déclaré : « Je suis ravie d’appuyer une loi qui reconnaît l’importance de l’équité entre les sexes et de l’accès; et une loi qui défend la vie et les possibilités des victimes de la traite à des fins sexuelles. J’appuierai toujours pleinement les mesures législatives qui nous rapprochent de l’édification d’une société juste et compatissante pour nos communautés les plus marginalisées.

 

Tiffany Cabán, membre élue du Conseil, a déclaré : « La décriminalisation est une question LGBT qui nous pousse vers l’humanisation de tous les survivants de systèmes oppressifs. En tant que nouveau membre du Conseil queer de couleur, c’est un honneur de me tenir aux côtés des défenseurs aujourd’hui alors que nous nous rapprochons de cet objectif. Qu’il s’agisse de survivants du travail et de la traite à des fins sexuelles ou de personnes trans qui sont lésées par nos institutions, nous devons continuer à faire progresser la législation qui apporte de la dignité à l’existence des gens. C’est d’autant plus important pendant la semaine de sensibilisation aux personnes trans que nous sommes solidaires des personnes trans, non conformes au genre et non binaires qui subissent un nombre record de violence. Je remercie donc la gouverneure d’avoir signé ces projets de loi aujourd’hui et j’ai hâte de travailler avec elle, mes collègues du Conseil, la législature de l’État et les défenseurs de faire cela et plus encore. »

 

L’honorable Judy Harris Kluger, directrice exécutive de Sanctuary for Families, a déclaré : « Aujourd’hui, nous nous joignons à nos partenaires de la coalition et aux survivants de l’État de New York pour célébrer la signature par le gouverneur Hochul de la loi START.Pendant trop longtemps, les survivants de la traite des êtres humains ont eu du mal à reconstruire leur vie en raison de la persistance de casiers judiciaires pour des crimes commis à la suite de leur exploitation.L’abandon de toutes ces convictions est une étape cruciale pour assurer la sécurité à long terme des survivants et leur capacité à reconstruire leur vie.Sanctuary for Families applaudit le gouverneur Hochul et les parrains de la loi, le sénateur Ramos et le membre de l’Assemblée Gottfried, pour leur leadership. Nous sommes profondément reconnaissants à la législature de l’État de New York d’avoir soutenu les survivantes dans leur cheminement vers l’autonomie et l’absence d’abus. »

 

Coprésidente, National Trans Bar Association Kristen Browde a déclaré: « Alors qu’elle signe ces projets de loi aujourd’hui, le gouverneur Hochul continue de diriger New York dans la protection et le respect de tous ses citoyens, garantissant que notre État fera tout ce qui est en son pouvoir pour promouvoir et encourager l’égalité dans tous les aspects de la vie, sans jamais blâmer les victimes qui sont forcées dans les circonstances les plus difficiles sans faute de leur part. En tant que New-Yorkaise transgenre, je suis à la fois fière et reconnaissante pour le plaidoyer fort de la gouverneure, et j’ai hâte de travailler avec elle pour poursuivre ce travail. »

 

La directrice exécutive de l’Union des libertés civiles de New York, Donna Lieberman, a déclaré : « Les survivantes de la traite à des fins sexuelles et de main-d’œuvre doivent être soutenues, et non criminalisées. Pourtant, au cours de la dernière décennie, notre droit d’État a laissé certains survivants empêtrés dans notre système judiciaire pénal pour des infractions qu’ils ont été contraints de commettre par leurs trafiquants. Ce n’est ni la dignité ni la justice. Avec la promulgation de la loi START, notre État peut désormais permettre aux survivants de démanteler les obstacles à l’emploi, au logement et à l’éducation qui restent toute une vie, et de protéger les survivants non citoyens, pour lesquels une condamnation pénale peut avoir des conséquences dévastatrices en matière d’immigration, y compris l’expulsion et la séparation des familles. Maintenant, New York peut donner la priorité à la stabilité plutôt qu’à la stigmatisation. »

 

Directeur associé du projet affaires gouvernementales pour les travailleurs du sexe du Centre de justice urbaine Andy Bowen a déclaré: « Avec la signature du gouverneur Hochul sur la loi START, le projet des travailleuses du sexe du Centre de justice urbaine adresse ses plus profonds remerciements au gouverneur, ainsi qu’aux parrains, la sénatrice Jessica Ramos et au membre de l’Assemblée Richard Gottfried, pour avoir donné à tant de nos clients passés et présents plus d’espoir pour l’avenir. Nous rendons hommage aux survivants et aux partisans inébranlables qui ont fait pression pendant tant d’années pour étendre les protections apportées par la Loi START. Nous pouvons maintenant commencer à libérer beaucoup plus de casiers judiciaires pour les survivants de la traite des personnes à travers New York qui ont été forcés ou contraints de se livrer à une conduite criminalisée au-delà des accusations liées au travail du sexe, qui étaient les seules condamnations admissibles à la vacatur avant l’adoption de la loi START. Avec la promulgation de START, nous assisterons à de nombreux types de guérison. »

 

Tina Luongo, avocate responsable de la pratique de la défense pénale à la Société d’aide juridique, a déclaré: « Le projet d’intervention en matière d’exploitation de la Société d’aide juridique attend avec impatience la mise en œuvre de la Loi, car nous avons de nombreux clients qui attendent depuis des décennies ce soulagement critique. Nous sommes à leurs côtés pour célébrer ce projet de loi et nous les remercions de leur détermination et de leur courage lorsqu’ils ont dénoncé son importance. Au nom de nos clients, nous remercions le gouverneur Hochul d’avoir promulgué la Loi START aujourd’hui. »

 

Avocate principale dans le cadre du projet de défense des femmes chez Brooklyn Defender Services Jillian Modzeleski a déclaré : « Brooklyn Defender Services est reconnaissant au gouverneur Hochul d’avoir promulgué la loi START aujourd’hui. Avec cette loi, New York a franchi une étape cruciale pour réparer le tort causé par la criminalisation des survivants de la traite des personnes. En tant que défenseurs publics, nous sommes parfaitement conscients des conséquences financières, éducatives, de logement et d’immigration d’un casier judiciaire, et nous sommes fiers de nous tenir aux côtés des survivants dans cette campagne. L’adoption de cette loi cruciale ne serait pas possible sans le leadership des survivants de la traite qui se battent depuis des décennies pour effacer leur casier judiciaire et créer des voies permettant à d’autres de faire de même. Nous remercions la sénatrice Jessica Ramos et le membre de l’Assemblée Richard Gottfreid d’être des champions inébranlables de la Loi sur les survivants de la traite qui atteignent un soulagement ensemble.

 

Directeur exécutif du NOUVEAU Programme de la Fierté Elisa Crespo a déclaré: « Aujourd’hui, New York envoie un message fort aux sociétés de services publics, aux municipalités, aux sociétés de traitement de l’eau et aux compagnies de téléphone, qu’elles doivent s’adresser à leurs clients en conséquence, point final. La Loi sur l’affirmation des identités de genre dans les services publics veillera à ce que le nom et les pronoms préférés des consommateurs et des clients soient respectés. Un geste petit mais puissant qui va très loin dans la vie des gens du TGNC. »

 

Cecilia Gentili, fondatrice de Trans Equity Consulting et guest star récurrente de « Pose », a déclaré: « La signature du projet de loi START Act changera la vie de tant de personnes condamnées pour avoir été arrêtées dans des circonstances de traite. Cela leur permettra de poursuivre leur vie et de construire l’avenir dont ils rêvent pour eux-mêmes. En tant que survivant de la traite, j’applaudis le soutien du gouverneur Hochul. »

 

La fondatrice et PDG de Translatinx Network, Cristina Herrera, a déclaré :, « Comme toujours, New York continue d’être une lueur d’espoir et de sécurité pour les membres de la communauté transgenre. Je félicite la gouverneure Kathy Hochul pour son engagement continu à protéger les droits de tous les New-Yorkais. »

 

Le directeur exécutif de princess Janae Place, Jevon Martin, a déclaré : « Merci au gouverneur Hochul d’avoir vu des survivants de la traite des êtres humains et de les avoir aidés à reprendre le contrôle de leur vie. L’utilisation des pronoms corrects d’une personne est essentielle pour affirmer son identité. Respecter l’identité d’une personne, c’est lui montrer que vous la voyez telle qu’elle est. »

 

Directeur général du Centre de santé communautaire Callen-Lorde Wendy Stark a déclaré : « La santé et le bien-être holistiques dépendent autant d’un accès complet à des soins de santé compétents et de qualité que d’un gouvernement et d’une société qui valorisent, soutiennent et protègent les gens. Callen-Lorde félicite le gouverneur Hochul d’avoir signé ces projets de loi essentiels - le START ACT, qui élargit et améliore l’aide au casier judiciaire pour les survivants de la traite des personnes ainsi que la législation qui oblige les sociétés de services publics à utiliser le nom et le pronom auto-identifiés d’un client - dans la loi.Chacun à sa manière fera progresser la visibilité et l’affirmation de nos communautés dans tous les aspects de la vie. »

 

Mélissa Broudo, un avocat de l’Institut SOAR qui a déposé et obtenu la toute première loi sur l’autorisation de condamnation de l’État (et de la nation) a déclaré: « Nous sommes très reconnaissants au gouverneur Hochul d’avoir signé la loi START, qui donnera aux survivants de la traite des êtres humains la possibilité de effacer leurs dossiers de condamnations résultant de leur exploitation. En tant que personne qui a représenté des survivants en vertu de la loi actuelle, il est clair que nous avions besoin d’un remède plus complet qui permettrait aux survivants d’aller pleinement de l’avant avec leur vie. Cela permettra également à l’État de New York de devenir un chef de file dans la défense des survivants de la traite des êtres humains.

 

Le programme de lutte contre la traite de Safe Horizon a déclaré : « Nous félicitons le gouverneur Hochul d’avoir promulgué la loi START. Ce projet de loi est une manifestation tangible des années de plaidoyer que les survivants et les défenseurs ont investies dans l’obtention d’un système juridique plus juste. Même après la traite, nos clients sont restés hantés par leur casier judiciaire persistant et ne peuvent pas aller de l’avant de manière significative pour obtenir une aide à l’immigration, un emploi, un logement ou d’autres opportunités. La capacité des survivants de la traite des personnes à effacer leurs antécédents criminels de crimes qu’ils ont été forcés de commettre offre une occasion qui change leur vie de retrouver leur dignité et leur libre arbitre, et d’aller de l’avant avec un nouvel espoir et une nouvelle résilience. Nous remercions Richard Gottfried, membre de l’Assemblée, et la sénatrice Jessica Ramos pour leur leadership réfléchi et leur soutien indéfectible à ce projet de loi essentiel.

 

Ricardo C., survivant de la traite des personnes et défenseur de la Loi START, a déclaré : « Je tiens à remercier toutes les personnes impliquées dans cette grande victoire d’aujourd’hui en me permettant de prendre un véritable « nouveau départ » en signant la Loi start. Je vous remercie tous pour votre dévouement envers moi et toutes les victimes de la traite, présentes et disparues à jamais. La Loi START me donne quelque chose que la loi originale n’avait pas, la possibilité d’annuler toutes mes condamnations liées à mon trafic. La signature de la loi START, me permet d’annuler ma condamnation finale et me donne la liberté de mes ravisseurs et un nouveau départ pour moi dans la vie, en me permettant d’aller de l’avant et d’être vraiment libre et sans esclavage à un casier judiciaire. Je vous remercie d’être les vrais super-héros qui se sont battus pour notre liberté et nous ont fourni la véritable échappatoire au traumatisme émotionnel et physique et les rappels de ceux qui, à un moment donné, nous ont réduits en esclavage. Pour moi, ce jour signifie vraiment un nouveau départ et un avenir meilleur, un avenir inimaginable sans limites ni barrières qui m’ont été imposées autrefois. Je suis libérée de l’inquiétude et de l’anxiété, du rappel constant de ce à quoi j’ai été exposée, de la façon dont j’ai été traitée et forcée de supporter. Aujourd’hui, je n’aurai plus ce traumatisme présent dans mon esprit lorsque je postulerai pour des études supérieures, un nouveau cheminement de carrière, de nouvelles opportunités ou même des endroits où vivre. Je vous remercie tous pour votre détermination inébranlable aujourd’hui et je remercie le gouverneur Hochul d’avoir signé la Loi START, qui m’a vraiment libéré et me permettra de réussir dans la vie. » 

 

Rosalinda, une survivante de la traite des êtres humains, a déclaré : « Je suis une immigrante transgenre et une survivante de la traite. Aujourd’hui, je suis fier d’être citoyen des États-Unis d’Amérique et de vivre une vie épanouissante en tant que professionnel de l’informatique dans le domaine de la santé. Le jour où j’ai prêté serment de citoyenneté a été l’un des jours les plus édifiants de ma vie. Mais les choses n’ont pas toujours été faciles. Je suis aussi une survivante de la traite. À partir du moment où j’étais mineure, un homme violent m’a victime de trafic sexuel et, par conséquent, je me suis retrouvé avec des condamnations criminelles qui étaient dues à ses crimes contre moi. Grâce à la loi sur le vacatur de New York qui permet aux gens d’annuler les condamnations pour prostitution, j’ai pu raconter mon histoire aux forces de l’ordre et obtenir mon dossier propre – à l’exception d’une seule condamnation que j’ai encore aujourd’hui qui reste. Mes avocats m’ont dit que même si je pouvais faire annuler mes autres condamnations en tant que victime de la traite en vertu de la loi de l’État de New York, parce que j’avais pris un plaidoyer différent après l’une de mes arrestations pour sortir de prison le plus rapidement possible, je n’étais pas admissible à ce que cette condamnation soit annulée. Cela signifiait que lors de mon entrevue de citoyenneté, je devais expliquer à l’agent pourquoi j’avais cette condamnation criminelle, revivre l’humiliation et le traumatisme à nouveau. Même aujourd’hui, en tant que citoyen américain, j’ai toujours le sentiment que cette conviction est une sorte de tache sur ma vie, et un vestige de la violence et du traumatisme que j’ai subis dans le passé. Être en mesure d’annuler cette condamnation en vertu de la Loi START signifierait restaurer une certaine dignité dans ma vie et serait ma prochaine étape dans le processus de guérison.

 

Pamela, une survivante de la traite des personnes, a déclaré : « Quand j’ai appris aujourd’hui que le START ACT allait être promulgué, mon corps a commencé à trembler et je me suis presque effondré sur le sol. Je ne pouvais tout simplement pas croire que ma vie pouvait changer pour le mieux maintenant, après 20 ans de souffrance. Il y a vingt ans, j’ai été reconnu coupable d’un crime lié à la drogue pour quelque chose que j’ai été forcé de faire alors que j’étais sous le contrôle de mon trafiquant. Je pensais que ce serait une accusation unique pour laquelle j’ai terminé mon service communautaire et 3 ans de probation, et je n’ai jamais manqué un rendez-vous. Mais j’ai l’impression de purger une peine de 20 ans parce que lorsque ma demande de visa T a été refusée en raison de mes antécédents criminels, j’ai eu l’impression d’être puni à nouveau. On m’a empêché de travailler légalement, de m’inscrire à l’école, de payer des impôts et d’accompagner ma mère quand elle veut voyager. J’ai continué à souffrir pour les crimes qui ont été commis par quelqu’un d’autre. Cela a été un poids énorme sur moi qui m’a semblé impossible à soulever, et m’a fait me sentir triste, déprimé et comme si je ne pouvais pas aller de l’avant. Maintenant, j’espère que je pourrai étudier, travailler et aider à redonner à ma communauté LGBTQ. J’espère pouvoir vivre une vie normale avec mon mari et faire des choses régulières comme voyager ou adopter un enfant LGBTQ. Ce changement dans la loi va non seulement m’aider enfin à aller de l’avant, mais aussi aider beaucoup d’autres personnes comme moi qui étaient impliquées dans des choses qu’elles ne voulaient pas faire. »

 

Programme de soutien aux survivants de l’Institut international de Buffalo est « reconnaissant au gouverneur Hochul d’avoir signé une loi qui aura des effets qui changeront la vie des survivantes de la traite à des fins sexuelles et de la traite au travail dans l’État de New York. De nombreux survivants ont été déplacés par le trafiquant de comté en comté tout au long de leur exploitation et forcés de commettre divers types de crimes en cours de route. Cette loi permettra un accès égal à la justice, quel que soit le type d’exploitation qu’une survivante a subie ou où elle a été exploitée, ce qui lui permettra d’avoir un accès plus égal à la justice. » 

 

Empowerment Collaborative de Long Island (ECLI/VIBES) est « reconnaissant au gouverneur Hochul d’avoir promulgué la loi START. Ce soutien est essentiel non seulement pour défendre les droits des survivants à vivre et à s’épanouir malgré leurs expériences passées de traite des êtres humains, mais il démontre également que New York se tient à nouveau aux côtés des survivants de la traite des êtres humains. Merci à tous les survivants qui ont courageusement pris la parole en faveur de ce projet de loi.

 

Glennda Testone, directrice générale du Lesbian, Gay, Bisexual & Transgender Community Center, a déclaré : "Le Centre s’engage à plaider en faveur d’une législation et de politiques à New York qui répondent aux besoins de la communauté LGBTQ. Aujourd’hui, le gouverneur Hochul contribue à faire en sorte que les identités trans et non conformes au genre des New-Yorkais soient respectées dans davantage d’aspects de leur vie quotidienne. De plus, en signant la loi START, le gouverneur signale à toutes les survivantes de la traite des personnes qu’elles sont plus que les circonstances auxquelles elles ont été confrontées dans le passé, une étape importante vers l’élimination de la stigmatisation et le démantèlement des obstacles auxquels elles ont pu être confrontées pour accéder à des services vitaux tels que le logement, l’emploi, etc.